Zoé…une tornade made in Belgique

 

il y a a peu près 1 mois ,moi la noctambule irrécupérable , je regardais les clips sur w9 et je tombe sur celui-ci , j’ai acrcroché dés la première écoute, j’ai adoré le côté ironique de la chanson

son clip : Zoe

Cette ex-choriste de Mauranne a une feuille de route bien remplie. Elle a fait du théâtre, puis du piano classique, puis de la danse et finalement du chant classique avant de s’attaquer à la chanson.

Zoé...une tornade made in Belgique dans bon

 

Zoé auteur,compositeur,interprete de 29 ans née dans une famille de musicien, elle sort son 1er 45 tours a 10 ans … en 1998 elle est lauréate de la Biennale de la chanson française, dés lors elle écume les scènes francophones…Zoé s’est déjà taillé une solide réputation d’artiste de scène, dans les salles comme dans les festivals( révélation aux francofolies de la Rochelle en 2005) ,bien avant la sortie de son première opus « tout va bien »

18571 dans Non classé

 

(Zoe est la première signature musicale d’Europacorp, la maison de production dirigée par Luc Besson.)

Cette jeune femme volcanique a un univers bien à elle, un humour ravageur et une façon de toucher juste, en passant du rire à l’émotion.

 

 

 

dans son album : Elle peut être drôle et ironique (comme dans Jalouse), réaliste et engagée (Mal à la terre), sensible et personnelle (Maman) ou encore légère (Je veux tout, Associations). En plus de surprendre, Zoé a trouvé le truc pour se vendre: une chanson second degré où elle se prend pour son propre album qui est bel et bien A vendre…bref j’adore sa façon d’écrire

 

ma song que j’écoute en boucle « mal à la terre » c’est superbement bien écrit

 

sur son myspace 3 songs en écoute : ici

 

site officiel

 

pour ceux qui veulent en savoir un peu plus voici le portrait de Zoé raconté par zoéillustré d’extraits de concert (dont une reprise décoiffante de « Bohemian rhapsody »)…

 

la decrire en une phrase : jeune femme volcanique, petillante avec un univers bien à elle, un humour ravageur et une façon de toucher juste, en passant du rire à l’émotion.

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!!, Non classé | le 15 janvier, 2007 |Pas de Commentaires »

Kamini,le phénomène net….

j’adore !!!!!Image de prévisualisation YouTube

Publié dans : Non classé | le 3 décembre, 2006 |1 Commentaire »

j’adoreeeeeee

Installé confortablement sur mon sofa il y a 15 jours je regardais une redif de taratata et je tombe sur un duo Jude et Aya

 

http://www.dailymotion.com/video/6jQy87RH92EuN4dpU

 

vous en pensez quoi?

Publié dans : Non classé | le 19 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

corinne bailley rae

c’est elle   :  un petit tour tout en image    Image de prévisualisation YouTube

je l’ai decouverte pendant la pub sut tf1, vu la voix qu’elle a tu ne peux que t’arrêter et regardé qui çà peut bien être

petite bio rapide

Originaire d’Angleterre elle est le fruit de l’union d’un indien et d’une femme du Yorkshire. passionné par le chant dés son plus jeune âge elle commence a chanté dans la chorale ou elle réside à Leeds , plus tard son chef d’orchestre lui offre sa prmière guitare et prend gout à la compo. parallelement elle suit des cours de litterature  anglaise à l’université ,

à  15 ans elle fera même partie d’un groupe « helen »  groupe prometteur qui signa meme avec un grand label mais la bassiste  enceinte quitta le groupe ce qui signa également  sa fin de leur succès , se fut dure a encaissé pour corinne ….

ensuite  elle suivie  des cours de litterature  anglaise à l’université , c’est dans un club de jazz ou elle occupait un enploi au vestiaire que ses  rêves  de chanteuse se concrétisent et qu’elle fera ses premiers pas en solo….cela fait déjà 10 ans que cette auteur,compositeur,interprète evolue dans la musique

«  trouble sleeping : » Image de prévisualisation YouTube

son passage à Taratata :Image de prévisualisation YouTube

son myspace: http://www.myspace.com/corinnebaileyrae

Publié dans : Non classé | le 19 novembre, 2006 |1 Commentaire »

zazie pas celle du métro ….

je l’ai decouvert au Bataclan  zazie pas celle du métro .... dans bon

et j’ai tout de suite  adorée, çà simplicité,ses texte et son humour et cette ambiance qu’elle met emoticone . Je vous avourez que j’ai été à ce concet pour faire plaisir à ma sister « valoche » et je lui dis encore merci car sans çà je zapperai toujours l’artiste qui ne m’attirait pas du tout

mes chansons :

« sur toi » Image de prévisualisation YouTube

« chanson d’ami » Image de prévisualisation YouTube

« slow » Image de prévisualisation YouTube

« homme sweet homme » Image de prévisualisation YouTube

« escuses moi » Image de prévisualisation YouTube

« rue de la paix » Image de prévisualisation YouTube

En fait il y en a pleins d’autres que j’aime

 une bien belle bio par là : http://www.lesitedesanges.free.fr/biographie.html

bon la dame repart en tournéee j’irai l’applaudir une nouvelle fois et cette fois en connaisseuse

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!! | le 18 novembre, 2006 |Pas de Commentaires »

heureux qui comme …anis

… « artiste de l’été » pour France 2, il a  définitivement quitté les sombres souterrains des metros  pour les feux de la rampe

alors que dire d’Anis pour qui j’ai eu un coup de coeur ? Déjà, son nom ne passe pas inaperçu et laisse, avec un gout sucré, l’envie d’en connaitre un peu plus sur un de ceux qui émergent dans la scène française .

 Né en 1977 à Pontoise, dans le 9-5, d’un père réfugié marocain et d’une mère d’origine russe. Son prénom et nom de scène signifie dans sa langue paternelle « espoir » ou « compagnon ». Avec une telle identité, il ne peut se plaindre. Son premier album, marqué par son optimisme, s’intitule « La Chance… ».

la chance :  0094633649453.jpg

Dans ses  chansons chaloupées, dansantes, mais aussi mélancoliques, parfois agrémentées d’un air d’une autre époque, d’un vinyle qui grésille, Anis nous balade dans le flow, dans le métro, et dans un bistrot où son humour fréquente l’ « exception culturelle ». La clarinette d’André Villégier et le piano soutiennent la nostalgie. La guitare et l’harmonica frénétiques soulignent la concision des formules et la pertinence des mots. Le gospel en chœurs réveille l’âme de blues. Joyeux, « La chance… » contient aussi le spleen de ses parents : un reste de lutte pour l’existence. Optimiste, Anis n’oublie ni ses origines ni l’espoir des émigrés. Sa chance, c’est la nôtre : grâce à elle, on peut écouter ses atmosphères métissées, jamais entendues, et enthousiasmantes !

les extraits c’est par là : http://www.chartsinfrance.net/musique/album/100954591_La-Chance.html
mini bio

Anis a grandi en écoutant Tom Waits, Edith Piaf ou encore de vieux bluesmen. Il quitte l’école à 17 ans, prend des cours de musique et joue dans des groupes de styles variés (hip hop, reggae, punk). Arrivé à Paris, il prend l’habitude de chanter dans le métro, où il est repéré. Automne 2003, sa maquette circule et arrive à France Inter, illico programmée. En mai 2004, il fait la première partie de Tété et séduit la major Virgin. Tout l’univers d’Anis est dans son premier disque La Chance. Clarinette et piano pour la nostalgie, harmonica frénétique et guitares swing, bluesy, reggae pour souligner ses formules lapidaires et des chœurs gospel pour flatter son côté crooner. Anis raconte son histoire d’enfant d’immigrés, mi-russe, mi-marocain, arrivé avec le vent ; force naturelle mêlant cultures et influences.

 

 

lien pour voir son clip « l’intégration »  :http://www.hosting-media.com/fr/virgin/anis/video/smilrtsp/anis-integration-high.ram )

le lien vers son passage à Taratata : http://www.dailymotion.com/video/x3gnt_anis-taratata

article du 22 octobre 2006 :

http://www.evene.fr/celebre/actualite/interview-chanteur-francais-anis-album-la-chance-270.php

son « myspace » :

http://myspace.com/anislachance

son site officiel : http://www.anis-music.com/

 

 

 

  

   

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!! | le 22 octobre, 2006 |Pas de Commentaires »

Tété…poète comtemporain

Tété raconte Tété  :Image de prévisualisation YouTube

alors lui je l’ai decouvert grâce à mon amie d’enfance qui en est accro et pour cause. Le 9 octobre, il a sorti son 3ème opus « le sacre des lemmings », que je ne me suis pas encore procuré mais ça ne saurait tarder 886970176828.jpg

voici quelques lignes  du Figaro.fr trouvés sur le net, résumant assez bien l’album :

 ardent, magistral, prodigieusement touchant… Les mots manquent pour décrire la fulgurance et la maîtrise artistique dont Tété a fait preuve pour l’écriture de son nouvel album. Porté par des arrangements subtils (batterie, basse, illuminées en contrepoint d’instruments à vent et de cordes), il aligne à la guitare folk douze titres monumentaux, hérités du blues, auxquels il offre des textes somptueux, maniant les mots de la langue française avec une virtuosité et une lucidité que n’auraient reniées ni un Brassens, ni un Gainsbourg. Fait-il du blues en français ou de la chanson sur des rythmes noirs américains ? La réponse est sommaire : Tété fait du Tété. Plus qu’une identité, ce troisième album impose un style à part entière… ( http://www.figaromagazine.fr/magazine/20061006.MAG000000307_tete_conteur_d_histoires.html )

pour les extraits  de l’album c’est par ici :

 http://www.chartsinfrance.net/musique/album/101696708_Le-Sacre-Des-Lemmings-Et-Autres-Contes-De-La-Lisiere.html

une petite bio rapide :

 Tété es né le 25 juillet 1975 à Dakar au Sénégal d’un père sénégalais et d’une maman antillaise. Mais il déménage en France dès l’âge de deux ans suite au divorce de ses parents. Sa mère s’installe alors à St Dizier dans le Nord-Est de la France. C’est elle qui offre à Tété sa première guitare lorsqu’il a15 ans. D’ailleurs, le chanteur évoque souvent l’influence maternelle en matière de musique, sa maman ayant toujours écouté beaucoup de disques, les Beatles, Dylan ou du jazz. Adolescent dans les années 80-90, il écoute aussi beaucoup de hip-hop et découvre la chanson française (Gainsbourg, M, Katerine, Mathieu Boogaerts) que beaucoup plus tard.

Dès le lycée puis à l’université, Tété joue avec des groupes d’amis. Il compose et écrit, alors plutôt en anglais. Mais très vite, il prend la décision de se lancer dans le métier et essaie de vivre de ses concerts. Puis, tout naturellement, Tété débarque à Paris vers 1998. Dans la capitale, le métro et les petites salles de l’Est parisien s’ajoutent aux bars et à la rue. Avec deux copains, Alberto Malo à la batterie et Evy Moon à la basse, il monte un groupe. C’est ensemble qu’ils sont remarqués en 1999 par divers labels. C’est Sony/Epic qui remporte le gros lot en les signant en 2000.

son premier CD commercial est un CD de quatre titres paru en novembre 2000 sous le titre approprié de « Préambule ». La presse est unanime pour saluer l’originalité de ses compositions mêlant pop, soul, funk ou blues. D’ailleurs, Tété est comparé à Keziah Jones et à Ben Harper.Au cours de l’année 2000, Tété a donné environ 100 concerts et depuis la sortie de l’album, il est en tournée quasi-permanente avec quelques passages parisiens dont le Réservoir en mars ou le Bataclan les 16 et 17 mai aux côtés de l’Allemand Patrice(c’est le mari d’Ayo!!!)

Amoureux de la scène, le « songwriter » gratifie ses fans d’un album live courant 2003 intitulé « Par Monts et Vallons » (mai 2003). Un CD huit titres enregistré en public au cours de trois soirées intimistes au Vertigo à Nancy, où l’artiste pose sa voix vibrante avec pour seul accompagnement sa guitare acoustique.

Un an plus tard, Tété retourne en studio et propose une suite à son « Air de rien » (mars 2001) : « A la faveur de l’automne » (mai 2004)

j’ai retrouvé son passage « aux victoires de la musique » (nommé dans la catégorie album révélation) qui l’a fait connaitre du grand public :

Image de prévisualisation YouTube

 

Son passage en duo  à TARATATA  très remarqué avec   raul  midon   »redemption song » dans une reprise sublimissime Image de prévisualisation YouTube

http://www.teteonline.com/mainnormal.htm

extraits « l’air de rien  » :

http://www.chartsinfrance.net/musique/album/100297989_L-air-De-Rien.html

extraits « à la faveur de l’automne » :

http://www.chartsinfrance.net/musique/album/100304124_A-La-Faveur-De-L-automne.html

 çà t’as seduit? c’est par là pour en savoir plus sur son actu :

http://www.teteonline.com/mainnormal.htm

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!! | le 22 octobre, 2006 |Pas de Commentaires »

raul midon….ou le prodige de la gratte

 

Avant d’en parler là, regardez ces 2  vidéos…….après, comment ne pas apprécier la musique de ce virtuose de la guitare?

Image de prévisualisation YouTube

son histoire…

 Raul est né en 1967 au Nouveau -Mexique, d’une mère afro-américaine et d’un père argentin,   danseur de flamenco. 

Aveugle de naissance, il passe ses journées dans la «pièce à musique» de son père, qui compte plus de 2 000 disques allant du tango à la soul, de Don Hathaway à Stockhausen. La notion de style lui est totalement étrangère. Seul le son l’intéresse.

Le soir, dans les coulisses, les guitaristes de flamenco qui accompagnent son père lui donnent des cours. Le petit Raul finit par acquérir une technique époustouflante. Mais il souhaite aller encore plus loin: posséder le jeu et l’harmonie de la musique classique et du jazz.

Cette soif de connaissance s’accompagne d’une autre ambition: refusant d’entrer dans une école pour aveugles, il s’ inscrit à l’université musicale de Miami – réservée aux “gens normaux”.

A 18 ans, il accompagne Julio Iglesias à la guitare et se produit comme choriste dans les shows de Ricky Martin ou de Shakira. Jusqu’au jour où, en 2004, Spike Lee entre au Joe’s Pub de New York, où Raul Midón se produit dans l’un de ses premiers concerts solo. Le réalisateur, conquis, l’invite sur la scène du Carnegie Hall, à l’occasion d’un festival de musique et de cinéma. Raul Midón n’a droit qu’à un morceau. Une seule chance. Il triomphe. Un mois plus tard, il compose et interprète une chanson dans le film de Spike Lee, She Hate Me. Le bouche-à-oreille commence alors à frémir et les propositions affluent.

c’est en 2006 que sort son album « State of Mind »

extrait de l’album « state of mind »

http://www.chartsinfrance.net/musique/album/101206933_State-Of-Mind-inclus-1-titre-bonus.html

http://www.myspace.com/raulmidon

 

Pour ceux qui souhaitent voir beaucoup plus de videos ,vous trouverez votre bonheur là !!! :

http://www.youtube.com/results?search_type=related&search_query=raul%20midon

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!! | le 21 octobre, 2006 |2 Commentaires »

ayo … en toute simplicité

 

Mon coup de coeur de l’été 2006…Ayo,  indéniable talent! Cette jeune  auteur prodige, compositrice, et guitariste, est une sorte de Ben Harper au féminin, une artiste qui réunirait la féminité d’Erikah Badu, la sensualité de Sade, et le folk de Tracy Chapman.

Du début à la fin de l’album « joyful » , elle ne change pas son fusil d’épaule. Son credo : « guitare-voix » comme unité naturelle.

Petite bio pour mieux la connaître

Ayo, traduction Yoruba de son prénom Joy (la joie) est née en 1980 près de cologne d’un père nigerian et d’une mère « gypsie », elle a baigné dans un contexte  musical sans frontière..
Ayo va très tôt séjourner au Nigéria, auprès de sa grand-mère. Ses parents se méfient cependant du poids des traditions, et ils la rapatrient bientôt en Allemagne. Durant son enfance et son adolescence, elle ne fera plus aucun séjour en Afrique.

Sa mère souffrant d’une addiction à la drogue, elle grandit au côté de son père, un fou de musique et DJ à ses temps perdus d’où ses premières références musicales : Roberta Flack, Donny Hathaway, Aretha Franklin, the Temptations, le son de la Motown en fait, qui apportent à sa musique cette couleur métissée entre sweet reggae et soul profonde. Ses propres compositions revisitent sans cesse ces influences.
Durant son enfance, au milieu des années 80, elle apprend le violon,  puis le piano entre 10-14 ans et enfin la guitare qu’elle apprivoise en autoditacte. Elle dit d’ailleurs:   »j’avais besoin d’un instrument avec lequel je pouvais faire corps, c’est plus direct plus agressif, mais dans le bon sens… »Arrivée à l’âge adulte, les années bohèmes commencent. Ayo pose ses valises à Londres, New York ou Paris et commence à se produire dans les clubs. Talent remarqué, elle se produit en première partie d’Omar dès le début des années 2000 puis publie son premier album, « Joyful », en 2006.« joyful » (dans les bacs depuis le 12 juin )

 Ce n’est pas un album bourré d’effets synthétiques, encore moins un album-concept étudié jusqu’à la plus petite note. Ici, Ayo a tout simplement souhaité graver sur disque l’ambiance de ses concerts intimistes, où la sobre formule « guitare-voix » est tout simplement très efficace. Sur des morceaux bluesy et soul, elle pose son timbre estival pour nous chanter la vie, l’amour, les sentiments ou tout simplement le temps qui passe sans que l’on ne puisse l’interrompre.

Le public français a donc déjà adopté Ayo dont les textes, nourris d’une diversité d’émotions, passent de la joie à la mélancolie, de la tristesse à l’amour, de l’exaltation des sentiments à la légèreté .

Autour d’elle, des musiciens à l’esprit ouvert qui, d’une touche d’orgue ou d’un accent d’harmonica, d’un trait de slide ou d’un jet de percussions, se glissent harmonieusement dans cet univers si singulier où percent quelques mots en pidgin, la langue des rues de Lagos et où affleurent quelques réminiscences de l’univers gypsy. C’est sa manière de saluer son père, sa “ référence ”, et sa mère, sa “ muse “… Raconter et émouvoir, sans artefact, avec la seule force de son vécu, de ses rêves aussi.

2 petites videos de son passage à TARATATA en juin dernier :

 

Passage très remarqué  à taratata  en juin 2006- »down on my knees »

Image de prévisualisation YouTube

                          - »you make me feel a natural woman« 

Image de prévisualisation YouTube

articles :

http://www.cyberpresse.ca/article/20061013/CPARTS03/610130317/5020/CPARTS03

 

Publié dans : bon "son" que c'est bon!!! | le 21 octobre, 2006 |2 Commentaires »
12

- UN CLIP ... |
peio |
stefbm3 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | BLOG DES AMIS DE GEORGETTE ...
| impressionism
| lorie